Cunnilingus en public à la cafétéria

Lorsque j’étais étudiant en médecine, j’ai eu la chance de pouvoir sortir avec Emma. Emma était une femme incroyablement belle. Son charme était sans commune mesure. Ses yeux bleus perçants vous disaient qu’elle pensait constamment à un million de choses coquines. La regarder était un plaisir immense.

Je me rappelle d’un jour où Emma m’a totalement convaincu qu’elle était une femme incroyable. Ce jour-là, elle portait un manteau qui descendait jusqu’aux cuisses, une belle jupe noire et des bas noirs qui mettaient bien en avant ses jambes sinueuses.

Nous avions l’habitude de réviser les examens à la cafétéria. Lorsqu’elle entra dans la cafétéria pour me rejoindre, je pu, une nouvelle fois admirer sa beauté et son élégance. Je dus même brièvement fermer les yeux pour me contrôler et rester concentré sur mon travail.

« Salut Pierre, » dit Emma en se rapprochant de moi. Elle se pencha pour embrasser mes lèvres.

“Bonjour ma chérie,” répondis-je.

“Je vais chercher mon café, je reviens tout de suite.”

Elle passa sa main sur mon épaule alors qu’elle se dirigeait vers le comptoir, passant devant deux femmes derrière moi encore plongées dans leur conversation sérieuse. J’ai entendu le bruit de ses talons revenir. Emma s’assit sur la chaise à côté de moi, déposant sa tasse fumante.

Emma m’a regardé du coin de l’œil, un petit sourire courbant ses lèvres charnues.

“Alors, ça bosse dur? ” Elle aimait jouer l’innocente.

“Bien sûr.” Lui répondis-je.

Avec une nonchalance immaculée, Emma s’est penchée, a prit ma main et la guidé vers sa bouche. Elle s’est mise à me lécher le bout des doigts. C’est à ce moment que je compris qu’Emma avait envie de faire des bêtises.

Je me penchai en avant et l’embrassai sur les lèvres, ma main encore humide glissant à travers les peluches de sa jupe. J’ai senti où ses bas se terminaient sur le haut de ses cuisses. J’ai remonté ma main sous sa jupe et j’ai découvert avec stupeur qu’Emma ne portait pas de culotte.

Cunnilingus-en-public-cafeteria-chatte-mouillee

Elle me regarda et me fit un clin d’œil. Puis elle souleva sa jupe sous la table, écartant ses cuisses pour que je puisse enfouir mes doigts dans son intimité. Sa chatte était trempée.

Elle commença à caresser mon avant-bras pendant que je la taquinais sous la table. Je plongeais deux doigts dans la chatte d’Emma.

“Tu es mouillé,” commentai-je avec un regard excité.

“Tellement mouillé,” approuva-t-elle, “vas-y plus profondément”

J’ai accepté, enfonçant dans sa chatte chaude, le bout des doigts sur son point G. Quand j’ai tapé contre lui, elle a serré les hanches en réponse. Ma main travaillait dans un rythme agréable et profond, mettant Emma en transe.

Plus fort et plus profond, j’enfonce ma main dans Emma. Le murmure des femmes derrière nous se faisait entendre alors qu’Emma faisait tout ce qu’elle pouvait pour ne pas gémir en public.

“Pierre, mon amour, tu vas me faire jouir,” soupira Emma, tenant le bord de sa chaise. Elle se mordit la lèvre pour étouffer un gémissement. J’avais envie de l’entendre. Pour savourer.

Décidant que je ne pouvais plus attendre, j’ai fait tomber un stylo de la table et j’en ai profité pour glisser de la chaise pour me retrouver sous la table, entre les jambes d’Emma. En gardant mes doigts enfouis, j’ai commencé à lécher son clitoris, goûtant son jus sucré pendant que je baisais sa fente avec mes doigts. Ses lèvres étaient gonflées et excitées, sa petite perle bien dure contre ma langue.

Appuyant l’arrière de ma tête, Emma tenait mon visage entre ses jambes alors que je la regardais avec impatience au milieu d’une cafétéria en train de se faire brouter la chatte. Sa respiration s’accéléra. Quand je l’ai entendue soupirer, sa posture raide commençait à se tordre, j’ai déplacé ma main libre entre mes jambes et j’ai frotté ma propre entrejambe pendant qu’elle jouissait.

Elle chevauchait silencieusement ma main alors qu’elle serrait ma tête avec ses mains, sa chatte se contractant alors que je léchais tout ce qu’elle offrait. Elle était belle et subtilement violente.

“Oh mon Dieu,” soupira Emma. Elle venait de jouir.

Après avoir essuyé l’humidité d’Emma sur mes lèvres, je grimpai sur mon siège. Les femmes derrière nous n’avaient visiblement rien remarqué. Emma me jeta un regard tendre, plein d’amour et de reconnaissance. Cela n’a pas été facile de travailler ce jour-là. Nous sommes rentrés plus tôt et nous avons fait l’amour 3 fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.