Une nuit torride avec mon coloc

Depuis quelques jours, je partage mon appartement avec David, un gars sympa qui vient de déménager en ville. J’avais besoin d’un colocataire pour partager les frais, et il avait l’air d’avoir un bon boulot, tout s’annonçait bien. Ce soir-là, il est rentré tard, je l’entendais entrer et poser ses affaires dans l’entrée. Il est venu me saluer dans le salon en m’adressant un petit sourire : “Salut, Manon, ça va ?”

Je lui ai proposé de partager un petit quelque chose à manger, et il a accepté. Nous avons discuté un peu, bu du vin blanc, et finalement, nous avons allumé la télé pour chercher quelque chose à regarder. Nous sommes tombés sur une émission de cuisine, mais je n’étais pas très intéressée. David a commencé à zapper, et nous avons finalement atterri sur une chaîne qui parlait de sexualité.

Des témoins racontaient leurs aventures sans aucune gêne, et à ma grande surprise, j’ai commencé à être excitée par certains détails crus. J’ai essayé de rester discrète, mais j’ai senti mon sexe se mouiller irrésistiblement à l’écoute de ces récits.

David a remarqué que j’étais absorbée par l’émission et m’a demandé si ça m’excitait. J’ai répondu maladroitement que oui, un peu, et il a souri. Il m’a demandé si je voulais regarder quelque chose de plus intéressant, et j’ai accepté, sentant l’adrénaline monter en moi.

Il s’est rapproché de moi, et j’ai senti son parfum enivrant me submerger. Il s’est assis à côté de moi et a commencé à me caresser doucement, d’abord les cheveux, puis les épaules. Je me suis abandonnée à ses mains expertes, et bientôt, il m’a embrassée avec passion. Je crois qu’il s’agit là de ma plus belle histoire de sexe.

Nos langues se sont entrelacées, et j’ai senti une chaleur intense se répandre en moi. Je me suis rendu compte que j’avais envie de lui depuis le premier jour où il avait emménagé, mais je n’avais jamais osé l’avouer.

David a enlevé son t-shirt, dévoilant son torse musclé et imberbe, puis a commencé à déboutonner mon chemisier. Sous ses caresses, mes tétons se sont durcis et j’ai laissé échapper un soupir de satisfaction. Je me suis mise à gémir plus fort, et j’ai senti ses mains glisser sous ma jupe, remontant doucement jusqu’à l’intérieur de mes cuisses.

J’ai écarté les jambes pour lui donner plus d’accès, et il a commencé à me caresser doucement à travers ma culotte. Je me suis retrouvée à mordre ma lèvre inférieure pour étouffer mes gémissements, mais c’était peine perdue. Je ne pouvais pas résister à la sensation de ses doigts glissant lentement à l’intérieur de moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.